Le premier stage de ma carrière - Nancy Salas

Mon blogue

Le premier stage de ma carrière

J’avais 20 ans quand j’ai décroché mon premier stage dans une entreprise de commerce en ligne. C’est par l’intermédiaire de mon oncle qui travaillait comme conseiller. En fait, il était le planificateur financier de la compagnie de mon cousin, que j’ai décroché ce poste. Étudiante en droit commercial, ce stage signifiait beaucoup pour moi, et j’espérais énormément être prise comme employée permanente à la fin de ce stage. Ayant fait un parcours sans faute, et sur le point de recevoir mon diplôme, j’ai plutôt bien réussi jusqu’à aujourd’hui. Cette opportunité devait me servir de tremplin pour démarrer une carrière en beauté, et de vite me faire un nom dans le métier.

Un travail insoupçonné

Le matin de mon premier jour de travail, mon cœur battait très fort, et j’avais hâte de commencer. J’avais rendez-vous avec mon responsable de stage à 8 heure et très ponctuelle, j’arrivais à l’heure, prête dans mon tailleur spécialement mis pour l’occasion. Ce n’est que vers 8 heures 30 que l’on m’a reçu, et je fus surprise que mon superviseur soit en chaussures de course et en jeans, comme s’il partait en vacances. Il me reçut brièvement dans son petit bureau, très désordonné et vraiment pas très propre, j’avais de suite deviné qu’il ne passait sûrement pas de temps en ces lieux. Surpris par mon accoutrement, il me dit que c’était une tenue trop bien pour un travail sur le terrain. Surprise, je lui répondis en chuchotant presque, sur le terrain ? Gêné, il m'expliqua que j’allais intégrer l’équipe d’animatrices de vente pendant toute la durée de mon stage. Et que j’allais tout de suite apprendre le métier en commençant dès le lendemain. Quelle surprise me dis-je, avec au fond de moi, un sentiment de déception.

Premier jour d’animation

J’étais en charge d’augmenter les ventes, et voulant faire bonne impression, j’ai bien débuté ma journée de travail à l’heure, avec le sourire aux lèvres. De nature timide et très réservée, j’ai eu du mal à m’approcher du premier client, et encore plus à entamer une discussion. Je savais pourtant que si j’abandonnais, mon plan de vie et de carrière allait être ruiné. J’allais décevoir tout le monde, mon professeur qui pour mes capacités, m’avait choisie pour le stage, et surtout, moi-même. Armée de courage et avec beaucoup de détermination, j’abordais ce premier client avec un peu de problème au début, mais au fur et à mesure, j’ai pris confiance en moi pour terminer par une première vente. Quel bonheur !