L’invitation - Nancy Salas

Mon blogue

L’invitation

L’invitation - Nancy Salas

Je suis une femme passionnée pour mon travail. C'est-à-dire que, je suis passionnée pour aider ceux qui sont malades ou subissent un accident, au point de travailler pendant une journée férié, pendant les week-ends, ou même à des heures indues. En fait, mon rêve, c'est de faire que tout le monde soit heureux.

Pour l'instant, ce n'est qu'un rêve lointain, mais je me contente de travailler dans le cadre d'un programme d'entraide et de bénévolat. La semaine dernière, j'ai eu la chance de faire quelque chose qui est, en quelque sorte, similaire à mon rêve.

Un jeune homme était assis à attendre de rencontrer un spécialiste pour un problème de dette mauvais crédit Saint-Jean-sur-Richelieu. Il s'agissait d'un adolescent qui avait plus ou moins l'âge de mon fils. Il semblait complètement déprimé. J'ai décidé de m'asseoir à ses côté pour l'écouter, et essayer de le réconforter du mieux que je pouvais. À la fin de son rendez-vous, je l'ai raccompagné chez lui, car il avait vraiment l'air d'être mal en point.

En arrivent chez lui, j'ai tout de suite remarqué que c'était une famille d'origine Arabe. La décoration de la maison, des portraits, des tapis... On entendait de la musique Arabe qui venait d'une chambre, celle d'un des frères du jeujne homme. En outre, j'ai remarqué au moment de parler quelques mots avec sa mère qu'elle avait un accent étranger, la façon dont elle prononçait les r...

En tout, je suis allée chez ce garçon quatre fois. Pas besoin d'une cinquième fois. Lors de la quatrième rencontre, il allait beaucoup mieux, et avait retrouvé la joie de vivre. L'élément anecdotique de cette histoire, est que sa famille m'a invité manger chez eux comme remerciement. J'ai d'abord refusé l'invitation en répondant que ce n'était pas nécessaire, que j'avais seulement aidé leur fils, comme ils l'auraient sans doute fait pour le miens... Mes excuses ont été pourtant vaines, sa mère m'a tellement insisté que j'ai finalement accepté son invitation.

Voilà, je me suis rendu chez ce jeune homme un dimanche midi pour dîner. Je me suis assied à table avec toute la famille, le père, la mère, et les quatre enfants. La maman a préparé du couscous et d'autres spécialités de la cuisine Arabe, je me suis régalée ! Tout était tellement délicieux. Ils m'ont remercié encore une autre fois pour avoir écouté le jeune garçon, ils m'ont raconté un peu leur histoire, ils étaient Algériens, ils sont venus au Canada pour que leurs quatre enfants aient une meilleure éducation, un meilleur avenir, quoi... Enfin, une histoire comme une autre d'immigrants qui quittent leur pays d'origine.

Leur remerciement était si franc, si pur... Ce sont ces petits gestes qui me mettent du baume au cœur.